Forces Spéciales : retour sur une avant-première lilloise

Publié le par Sam

 

Je vais essayer de vous faire un retour honnête et sincère sans vous gâcher votre plaisir :

 

Arrivé à 19h30, un petit briefing en présence du réalisateur et de quelques-uns des acteurs et membres de l'équipe de tournage a eu lieu.

Beaucoup de militaires présents dans la salle (du 43ème RI de Lille ?), en uniforme ou en civil, dont un Général (mes excuses, je ne me rappelle plus exactement qui), mais aussi des membres des familles de l'équipe du film.

20h : c'est parti. D'emblée, je suis impressionné par le rythme, la musique, on est plongé dans l'action sans réfléchir et j'aime ça.

J'approuve le choix du réalisateur : action/pause présentation des protagonistes/retour à l'action.

C'est éculé comme truc mais ça marche !

=========================

Le film a duré 1h50 et je vous le dis tout de suite : j'ai pris une claque énorme !

C'est un excellent film et le réalisateur a réussi le tour de force de rendre honneur à la fois aux métiers du journalisme/reporter ET aux métiers des militaires, tout en ne sombrant pas dans le patriotisme larmoyant... comme on ne peut que trop souvent le déplorer sur les blockbusters d'outre-atlantique.

Le réalisme est très poussé : que ce soit dans les paysages et les autochtones (le tournage a eu lieu au Tadkjikistan, à la frontière afghane) ou dans le matériel, les armes ou les uniformes. Toutes les tactiques employées dans le film sont effectivement des tactiques utilisées sur le terrain.

C'est extrêmement bien fait, vraiment.
Je serais très curieux de connaître le budget du film car cela n'a rien à envier à une grosse production hollywoodienne, tout en ne tombant pas dans les travers du genre.

Bref, le 1er film français de guerre que je trouve vraiment à la hauteur. De très bons acteurs, une réalisation quasi-impeccable, du réalisme très poussé et un impartial honneur a été rendu, toutefois sans concession d'aucune sorte.
Le maître mot de ce que j'ai vu c'est : CREDIBILITE ! 

Certes, on pourra toujours pinailler sur tel ou tel point de détail, mais ça reste du cinéma avec des concessions inévitablement liées au format et à la durée d'une telle oeuvre.

Messieurs, je vous tire mon chapeau ! Je suis archi-dur à satisfaire, très exigeant et pourtant ici quand je trouve à redire, je m'auto-acuse de mauvaise foi...
Vous me réconciliez avec le cinéma français. Un grand BRAVO ET RESPECT !

Si vous aimez le genre, allez le voir : sortie officielle le 2 novembre !

Publié dans Cinéma

Commenter cet article

louanchi 13/08/2013 07:10










HARKIS LES CAMPS DE LA HONTE

lien vers http://www.dailymotion.com/video/xl0lyn_hocine-le-combat-d-une-vie_news


En 1975, quatre hommes cagoulés et armés pénètrent dans la mairie de
Saint Laurent des arbres, dans le département du Gard. Sous la menace de tout faire sauter à la dynamite, ils obtiennent après 24 heures de négociations la dissolution du camp de harkis proche du
village. A l'époque, depuis 13 ans, ce camp de Saint Maurice l'Ardoise, ceinturé de barbelés et de miradors, accueillait 1200 harkis et leurs familles. Une discipline militaire, des conditions
hygiéniques minimales, violence et répression, 40 malades mentaux qui errent désoeuvrés et l' isolement total de la société française. Sur les quatre membres du commando anonyme des cagoulés, un
seul aujourd'hui se décide à parler.


35 ans après Hocine raconte comment il a risqué sa vie pour faire raser
le camp de la honte. Nous sommes retournés avec lui sur les lieux, ce 14 juillet 2011. Anne Gromaire, Jean-Claude Honnorat.


Sur radio-alpes.net - Audio -France-Algérie : Le combat de
ma vie (2012-03-26 17:55:13) - Ecoutez: Hocine Louanchi
joint au téléphone...émotions et voile de censure levé ! Les Accords d'Evian n'effacent pas le passé, mais l'avenir pourra apaiser les blessures. (H.Louanchi)
Interview du 26 mars 2012
sur radio-alpes.net

OpTi 27/03/2013 10:53


Sympas, dommage que ce blog ne soit plus mis a jour 

Sam 28/05/2013 17:04



Merci pour le compliment.
Oui, plus mis à jour, car manque de visiteurs (et donc de retours comme le vôtre) et donc manque d'intérêt ou de choses à dire...

Qui sait, peut-être le reprendrais-je ? ;-)